Les Racines du Mal

... si le monde explose, la dernière voix audible sera celle d'un expert disant que la chose est impossible.

07 octobre 2004

Le corps de mon père - 1/2

A mon père, aujourd'hui. Aujourd'hui, très précisément. Nemo ... /... J'ai découvert que le corps de mon père n'était pas éternel une nuit que ma mère était absente et que mon frère et moi étions seuls avec lui. Avant que nous ne sachions qu'il s'agissait d'une indigestion, il nous a fallu regarder un père vomir, nous qui ne l'avions jamais vu malade, ni atteint, de quelque manière que ce soit. Je tenais la cuvette dans laquelle il se vidait de liquides et de bile. Haut-le-coeur, hoquets, entrailles... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2004

Le corps de mon père - 1/1

A mon père, aujourd'hui. Aujourd'hui, très précisément. Nemo D'abord, l'odeur grimpait l'escalier, et c'est elle qui me réveillait dans mon lit : le café noir, cuit et recuit, aux effluves de caramel brûlé pour la raison qu'il chauffait en permanence sur la fonte de la cuisinière à bois. Mon père nourrissait le fourneau avec des bûchettes et des rondins qu'il fendait dans la cave, le soir. J'entendais les coups sourds qui venaient de derrière les murs, étouffés, réguliers, cadencés. Le fer de la hache... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2004

La nuit, l'absurde...

"Soudain il découvre ceci que demain sera semblable, et après-demain, tous les autres jours. Et cette irrémédiable découverte l'écrase. Ce sont des pareilles idées qui vous font mourir. Pour ne pouvoir les supporter, on se tue - ou si l'on est jeune, on en fait des phrases." Albert Camus.L'envers et l'endroit.
Posté par Nemo Spirit à 02:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2004

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l'athée. Je n'ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m'inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 04:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
09 septembre 2004

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l'athée. Je n'ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m'inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 01:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 août 2004

Suicide et liberté

Le suicide est un défi. Un défi posé tant au sens commun, soucieux de retarder l’échéance, qu’au sens moral, pour qui la vie est un bien sacré. C’est aussi un affront social : devant le suicidé, la communauté se sent quelque peu coupable de n’avoir pu dissuader le suicidaire, ou du moins, de n’avoir pu lui assurer ce bonheur béat dont le commun se contente jusqu’à la mort naturelle. Acte de violence, le suicide ébranle nos certitudes et nous met face, malgré nous, à la question lancinante du sens de notre vie et de notre mort. La... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2004

Rencontres avec le suicide

On ne se tue que si, par quelques côtés, on a toujours été en dehors de tout. Il s'agit d'une inappropriation originelle dont on peut n'être pas conscient. Qui est appelé à se tuer n'appartient que par accident à ce monde-ci ; il ne relève au fond d'aucun monde.  On n'est pas prédisposé, on est prédestiné au suicide, on y est voué avant toute déception, avant toute expérience : le bonheur y pousse autant que le malheur, il y pousse même davantage, car amorphe, improbable, il exige un effort d'adaptation exténuant, alors que le... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 02:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 août 2004

Sous le signe de la mort

... (extrait)  On me dira que du sentiment de la mort au suicide, il y a loin. Je le sais, et j'ajoute même que le premier suffit parfois pour empêcher l'autre. Ai-je donc promis de prendre position pour ou contre le suicide ? On doit se tuer, on ne doit pas se tuer : le plaisant jeu que ce jeu-là, et le jeu ridicule ! On se tue ou on ne se tue pas ; ce n'est pas là un problème, mais un drame personnel qui relève des journalistes, et non de littérateurs en mal de nouveauté. Et quant à prendre une position, je la prends chaque... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2004

La liquidation de l'opium

J'ai l'intention non dissimulée d'épuiser la question afin qu'on nous foute la paix une fois pour toutes avec les soi-disant dangers de la drogue.  Mon point de vue est nettement anti-social.  On n'a qu'une raison d'attaquer l'opium. C'est celui du danger que son emploi peut faire courir à l'ensemble de la société.  Or ce danger est faux.  Nous sommes nés pourris dans le corps et dans l'âme, nous sommes congénitalement inadaptés ; supprimez l'opium, vous ne supprimerez pas le besoin du crime, les cancers du... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 01:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juillet 2004

Absent friends...

Message à Nico... Tu connais Divine Comedy ? Oui ? Je savais que tu n'étais pas aussi "nouilles" que tu le prétendais... Le dernier s'appelle "Absent Friends" et quoiqu'apparemment le titre ne soit bon ni pour ta petite santé ni pour la mienne (il faudra bien qu'un jour on assume jusqu'au bout notre mélancolie masochiste ou notre masochisme mélancolique... bref, cette malédiction du "spleen"...), jette-toi dessus.Plus apaisé et serein que les précédents, quoique "Regeneration" ait déjà amorçé le tournant pour l'inspiration... [Lire la suite]
Posté par Nemo Spirit à 03:08 - - Commentaires [14] - Permalien [#]